Bilan de l’été 2020 : les restaurateurs qui ont tiré leur épingle du jeu… et les autres

restaurant ete 2020 mizogoo

L’été 2020 s’annonçait comme la saison de tous les dangers pour de nombreux restaurateurs déjà très endettés.

Le premier bilan communiqué par ADN Tourisme et les retours des professionnels laissent entrevoir un été en demi-teinte. Le taux d’occupation global des tables de 60 % cache en réalité de forts contrastes, selon la région et le type d’établissement.

Certains restaurants ont réussi à tirer leur épingle du jeu, tandis que d’autres s’apprêtent à solder les comptes d’une saison catastrophique.    


Les restaurateurs qui ont sauvé les meubles


Les grands gagnants : les restaurants en bord de mer et à la montagne

D’après les chiffres annoncés par Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État au tourisme, l’activité touristique globale n’a reculé “que” de 25 % en France pour le premier semestre, contre 50 % au niveau mondial.
Après le confinement, les Français ont été sensibles à l’invitation à un été bleu-blanc-rouge… et plus encore à l’appel du large et du grand air !

De nombreux restaurateurs installés en zone côtière, en moyenne montagne et à la campagne ont soufflé en rythme… pour suivre la cadence imposée par les clients.
L’été a réservé de très belles surprises en Bretagne, en Normandie, dans les Vosges, le Jura, les Alpes du Sud, etc. 

Dans ces zones, beaucoup d’établissements ont connu leur meilleur été depuis longtemps, avec 2, voire 3 services complets chaque soir, et un ticket moyen en hausse !    


Les établissements avec une terrasse, même provisoire

Les médias ont beaucoup parlé des autorisations exceptionnelles d’ouvertures ou d’extensions de terrasses accordées par la Ville de Paris à 8000 cafés, bars et restaurants de la capitale. 

Si on se réjouit de ces dérogations d’ores et déjà prolongées jusqu’en juin 2021, partout ailleurs en France, le constat est identique. Les établissements disposant d’une surface extérieure, temporaire ou permanente, ont limité le manque à gagner. 


Les cafés et les bars d’ambiance

Dans un contexte économique et social plus qu’incertain, les Français ont plus que jamais envie de s’amuser et d’oublier.

Avec la fermeture prolongée des discothèques, de nombreux bars d’ambiance ont vu arriver une nouvelle clientèle de proximité. Le besoin de faire la fête est difficile à concilier avec le respect du protocole sanitaire, et certains gérants de discothèque se sont émus d’une forme de concurrence déloyale – parfois à juste titre.
Mais ce transfert de clientèle aura au moins permis à certains établissements de reconstituer une trésorerie bien entamée.

Les cafés et les bars ont également limité la casse. Avec l’annulation de nombreux événements et festivals, c’était souvent le dernier lieu de sociabilité autorisé…   

restaurant ville mizogoo


Les perdants de l’été 2020


Les restaurants dans les grandes villes

À Paris, 1 restaurant sur 5 a préféré ne pas rouvrir, ou a refermé après les chiffres très mitigés du printemps. 

Et pourtant, ça n’a pas suffi à sauver la saison des établissements restés ouverts. Entre la chute de la clientèle de bureau encore en télétravail et l’exode des citadins, l’été dans les grandes villes fut souvent désastreux. À Paris, Bordeaux, Nantes, Lyon… la déception est générale.   


Les restaurants haut de gamme

On termine avec les grands perdants : les restaurants plutôt haut de gamme, dont la majeure partie de la clientèle vient de l’étranger.
Avec la fermeture des frontières, ces établissements ont souffert de l’absence de leur clientèle privilégiée. Chinois, Russes, Américains et autres princes saoudiens à fort pouvoir d’achat étaient de fait aux abonnés absents.

L’annulation ou le report de nombre d’événements d’affaires et de grands mariages n’a bien sûr rien arrangé.

Certains de ces restaurateurs ont tenté de séduire une clientèle plus locale avec des menus ciblés. Mais quand ces offres taillées sur mesure ont limité l’hémorragie du chiffre d’affaires, c’est la rentabilité qui en a pris un coup.

Si cet été meilleur que ce qu’on pouvait redouter a rassuré certains professionnels, la rentrée reste placée sous le signe de l’incertitude. 

Au-delà des chiffres, de plus en plus de cafetiers et de restaurateurs s’inquiètent surtout de certaines mesures sanitaires stigmatisant leurs établissements, comme l’interdiction des soirées dansantes ou les fermetures précoces à 23 h. Dans un contexte aussi tendu, il s’agit donc de ne pas céder à la tentation du relâchement. Continuons d’appliquer les gestes barrières, comme le menu accessible via un QR Code proposé par Mizogoo !

Mizogoo QR Code gratuit pour les restaurants
Partager sur facebook
Partagez sur Facebook
Partager sur linkedin
Partagez sur Linkedin
Partager sur twitter
Partagez sur Twitter

Laisser un commentaire